Accueil » Le blog » Mes astuces zéro déchet

Mes astuces zéro déchet

Dans cet article, je vous détaille mes astuces zéro déchet ! Un sujet qui me tient particulièrement à coeur et qui est à la base du développement de Panashh! Le zéro déchet, c’est ma manière à moi de soigner mon éco-anxiété…  

Quand je commence quelque chose, j’aime bien aller au bout des choses. Mettre en place une démarche et l’améliorer au fur et à mesure. J’ai progressivement intégré des petites actions dans mon quotidien et je vous les énumère dans cet article ! C’est parti !!

Mes astuces zéro déchet : le coin bébé 

Il existe des petites mesures toutes simples à mettre en place à l’arrivée d’un bébé ! 

Tout d’abord pour le change : une pile de cotons réutilisables pour nettoyer les fesses ainsi qu’un distributeur d’eau savonneuse. C’est pratique, accessible, et on ne tombe jamais à court !

Pour le change : une pile de cotons réutilisables ainsi qu’un distributeur d’eau savonneuse

Où les trouver : Ce sont ces petits carrés démaquillants en tissu et éponge . Vous pouvez les faire maison à l’aide de tutos disponibles en ligne si vous savez un peu utiliser une machine à coudre. On les trouve sinon maintenant un peu partout, et notamment dans les boutiques zéro déchet ou en ligne sur Etsy.

Mon conseil : Bien vérifier leur douceur. Les fesses de nouveaux-nés sont tellement fragiles ! J’avais commencé le change de mon fils avec un gant de toilette qui avait abimé la peau de mon bébé… 

Pour aller plus loin : il y a les couches lavables. J’avais sauté le pas dans les premiers mois de la vie de Gustave avec les jolies couches Cadaence. Mais la charge mentale associée était vraiment trop importante de mon point de vue. Bref, quand elles sont devenues trop petites j’ai rapidement abandonné… 

Mon astuce zéro déchet : la salle de bain 

Voici les premiers produits à usage unique que j’ai remplacés :

Mais la révolution que je préfère dans la salle de bain, c’est d’être passée au tout-solide ! Depuis quelques années, il n’y a plus de bouteilles de gel douche et de shampooing sur les rebords de la baignoire. J’ai pris mon dernier shampoing chez Avril. Je trouve mes cheveux tout aussi propres et traités qu’avec un shampoing liquide – après une petite période d’adaptation. Le précédent m’a servi une dizaine de mois, celui-ci est sensé tenir 50 shampoings. C’est donc également très rentable !

Mon shampoing Avril tout doux à l’avoine bio

Mon conseil : pour utiliser le shampoing solide jusqu’au bout, il suffit de mettre les morceaux restants dans un vieux bas en nylon. 

Pour aller plus loin : J’ai testé aussi quelques cosmétiques solides (crème hydratante et dentifrice chez Lush) mais ai finalement fait marche arrière, l’un n’était pas suffisamment nourrissant et le second pas top d’un point de vue composition (dioxyde de titane). J’y vais étape par étape, si je croise une option solide qui me convient pour ces produits, je n’hésiterai pas à le tester.

Mes astuces zéro déchet : la cuisine

Pour faire la vaisselle tout d’abord, j’utilise une brosse et du savon de Marseille. J’ai eu un peu de mal à convertir mon amoureux qui a longtemps caché une éponge de contrebande dans le fond d’un placard, mais il y est venu finalement 🙂 

Et en plus c’est nettement plus instagrammable. CQFD.

Sinon pour moi la révolution c’est vraiment la découverte du vrac. J’ai une petite épicerie Day by Day en bas de chez moi et charge mes contenants dans mon sac pour les remplir une fois par semaine. On peut ramener ses contenants vides, mais aussi simplement récupérer des bocaux propres directement sur place.

En plus d’être meilleur pour la planète, c’est aussi très économique, même quand on choisit les options biologiques ! Et puis ça permet de goûter plein de choses qu’on aurait pas forcément choisies dans un magasin classique. Découvrir les différentes variétés de lentilles, de riz, de farine, … Mais aussi d’huiles, d’épices ou encore de cafés. Bref, je suis fan. Fan fan fan. 

composition of spoonfuls with various spices
Photo by Karolina Grabowska on Pexels.com

C’est également hyper malin quand on veut tester une nouvelle recette avec un ingrédient qu’on n’a pas l’habitude d’utiliser. Finis les fonds de petit épeautre, farine de riz ou autre qui datent de deux ans…

En revanche cela devient un peu compliqué d’y aller avec mon petit gars qui détenait pourtant le titre de plus jeune vraqueur d’Avignon l’année dernière : il veut absolument tout toucher…

Mes astuces zéro déchet : ma garde-robe

J’ai beaucoup consommé dans ce domaine, et suis d’ailleurs toujours à la tête d’une belle collection de vêtements Makemylemonade et Sezane (et de chaussures, mamma mia). J’ai aussi une pile de pulls qui en ferait pâlir plus d’un.e étant une grosse tricoteuse depuis une dizaine d’années. 

Mais ce qui a été un vrai plaisir à un moment pour moi a tendance désormais à me déprimer. Je ne supporte plus la vue de ces milliers de vêtements en solde perpétuelle dans mon Monoprix, les mails bimensuels de telle marque m’annonçant encore une nouvelle capsule, … Je m’intéresse beaucoup au sujet depuis quelques temps, ce qui n’arrange pas les choses et ainsi, selon la dernière newsletter de Une Mode Meilleure by Chloé Cohen : « depuis le début des années 2000, la production de vêtements a doublé, et elle pourrait passer de 62 millions de tonnes de vêtements fabriqués en 2015 à 102 millions de tonnes en 2030. »

Hum, j’espère que je ne vais pas vous plomber votre journée. Le sujet est très vaste mais voilà ce que je fais à mon échelle individuelle : j’appliquer au mieux les principes suivants :

  • réduire ;
  • mieux consommer – plus durable, éthique, et correspondant à mon style ;
  • utiliser les circuits de seconde-main. 

Par exemple en septembre, j’ai pioché dans ma garde-robe plutôt que d’acheter une tenue pour les deux mariages auxquels j’ai assisté.  Ce n’est pas grand chose, mais cela demande de remettre en cause ses habitudes.

Pour celle de Gustave c’est la même chose ! Je me fais une liste d’inspiration comme celle que j’avais faite au printemps. Comme ça, je suis sure de ne pas acheter des pièces que je ne lui mettrai pas ensuite, puis je fouille Vinted ou achète auprès d’une petite marque engagée comme sa petite tenue Loir à gauche. Intemporelle, engagée et surtout trop mignonne.

Et bien sur, je mettrai le développement de Panashh! dans ce paragraphe : partager la garde-robe de Gustave et de celles de dizaine d’autres enfants qui sont venues la compléter pour vous permettre d’habiller le vôtre sans produire de nouveaux vêtements !!

Pour compléter la garde-robe de votre enfant, faites le choix fun et écologique de la pochette-surprise de Panashh!

Moins de déchets, plus de surprise 🙂

Pour l’entretien du linge, également un vaste sujet, j’utilise une lessive maison à base de copeaux de Savon de Marseille ! Les derniers abonnés à la pochette-surprise Panashh! ont pu d’ailleurs découvrir ce mois-ci un échantillon qui leur a été offert par la boutique avignonnaise 🙂 C’est tout simple à faire, il n’y a qu’à les faire fondre dans de l’eau chaude. Une recette est disponible sur le site de la Maison du savon de Marseille !!

Economique, écologique, la lessive au savon de Marseille prend soin des matières les plus délicates.

Mes astuces zéro déchet : au bureau 

Facile vous allez dire, je travaille de chez moi. Oui, mais cela n’a pas toujours été le cas !

Mes alliées étaient alors :

  • Ma gourde en inox ! Parfaite pour mes réunions et déplacements.
  • Mon ecocup en plastique ! Parfait pour ne pas oublier de boire de l’eau en journée devant l’ordinateur.
  • Ma bouilloire et ma théière, et collection entière de thés en vrac, pas forcément du goût du CHSCT 🤫
  • Ma lunch box 🍱 pour ramener mes repas préparées à la maison ;
  • Mes couverts, toujours prêts à servir dans le tiroir de mon bureau.
businessman man person woman
Comment ça Jean-Michel, vous n’avez pas encore ramené votre porcelaine au bureau ?
Photo by Mikhail Nilov on Pexels.com

Mon bilan

On a beau être très attentifs à notre consommation, nous produisons tout de même une grosse quantité de déchets au quotidien. On peut faire toujours mieux, mais je crois sincèrement que chaque petite mesure individuelle met en marche une prise de conscience plus globale. Qui pourra amener ensuite à des mesures de grande envergure, politiques et engagées qui permettront d’éviter le pire #plombagedambianceleretour

Bref, pour en revenir à mon sujet, ce que j’aimerais pour la suite pour nous c’est d’utiliser un composteur, puisque nous sommes de gros consommateurs de légumes. Il faut simplement que je me renseigne comment mettre ça en place en appartement – les places sont chères dans les composteurs de la ville. 

a woman standing near the trees
« Et bien voilà ! On se sent bien mieux quand même quand on produit moins de déchets ! »
Moi, chaque matin devant ma poubelle.
Photo by Lucas Aguiar on Pexels.com

Pour l’instant nos petites actions me conviennent et nous en rajouterons probablement au fur et à mesure sans brusquer nos habitudes !

Et de votre côté ? Est-ce que la réduction des déchets est un sujet qui vous tient à coeur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.